Zoom sur: 93 Fratries

11 juillet 2017
Le projet 93 Fratries a été mis en place par l’animatrice Firdaouce de la MJ Emile Dubois cette année et tend à s’étendre sur le département de la Seine-Saint-Denis. Zoom sur le projet.

Peux-tu nous présenter ton projet ?
« 93 Fratries », c’est un projet qui représente les fratries du 93 : j’ai commencé à la Maladrerie (quartier d’Aubervilliers, ndlr) et le but est de continuer sur le département de la Seine-Saint-Denis, en partant de l’OMJA. L’idée est de photographier les fratries en commençant du/de la plus petit(e) au/à la plus grand(e). Chaque grand(e) frère ou sœur tient un cadre représentant son/sa petit(e) frère ou sœur. Ainsi, sur la photographie de l’ainé(e) sont représentés tous ses frères et sœurs.

19554296_1090457154421982_2912779766123904768_n

Comment t’es venue l’idée de ce projet ?
Tout simplement, en me réveillant un matin : j’ai vu une photo d’un grand-père qui tenait un portrait de famille avec sa fille, sa petite-fille et son arrière petite-fille. J’avais cette idée de faire quelque chose avec les fratries, et je me suis dit que c’était l’occasion de le faire par le biais de la photographie. Je voulais faire un projet à la Maladrerie parce-que ça fait 5 ans que je suis là bas : il y a beaucoup de frères et sœurs qui viennent à la Maison de Jeunes Emile Dubois de l’OMJA. J’avais déjà l’idée du nom de l’expo, qui est « 93 Fratries ». Le projet a rapidement pris et les jeunes y ont adhéré !

Pourquoi le choix du noir et blanc dans tes photos ?
Les photos ressortent mieux en noir et blanc, on voit autrement les choses, c’est une autre dimension de la photo.

Pourquoi t’intéresser plus particulièrement aux fratries ?
Ma première idée a été la fratrie car c’est plus facile à mettre en place dans une structure jeunesse, sachant qu’il y a beaucoup de fratries qui fréquentent l’OMJA. Dans les années à venir, rien n’exclut d’agrandir le projet qui pourrait s’appeler « 93 Family » et qui représenterait les différentes générations d’une famille. J’ai commencé à faire quelques portraits en ce sens, j’espère pouvoir continuer !

Comment as-tu réussi à mettre en place le projet avec les participants ?
Pour l’instant, je suis restée dans le cadre de l’OMJA Emile Dubois et du quartier de la Maladrerie. Il y a déjà eu une belle participation avec 55 portraits. J’ai commencé par contacter les grand(e)s frères/sœurs des adhérents, je leur ai expliqué le concept et donné un rendez-vous pour présenter le projet et faire les portraits dans la foulée, avec tous les frères et sœurs étaient réunis. Les jeunes ont rapidement adhéré au projet.

Que t’inspires le mot fratrie ?
C’est un mot fort, car il représente la famille : on apprend de nos frères et sœurs. Je n’ai pas de grande fratrie, mais j’aurais aimé ; j’habite à Paris, ce n’est pas la même ambiance que dans le 93. J’aurais aimé avoir une grande fratrie : avec nos frères et sœurs il peut y avoir des hauts et des bas, mais on garde souvent les hauts. C’est ce que j’ai remarqué à Emile Dubois : les fratries sont soudées, les frères et sœurs sont présents les uns pour les autres, c’est vraiment un constat. J’ai voulu garder ce côté positif de la fratrie.

Quelle(s) suite(s) pour ce projet ?
J’aimerais élargir mon projet sur les autres Maisons de Jeunes de l’OMJA et dans d’autres coins du 93, que ce soit pour « 93 Fratries » ou « 93 Family ». Je suis également en train de démarcher les salles qui pourraient exposer les photos afin de montrer ce côté du 93, qu’on ne retrouve pas forcément aux informations. J’ai envie de montrer une bonne image.

Retrouvez toutes les photos sur l’album de la page facebook de la MJ Emile Dubois.